Une prestation commune de SuisseEnergie et du TCS
Last update: 07.01.2020

Information PDF

Véhicules efficients en énergie - économie d'argent

Quelle est la différence entre hybride plug­in et hybride range extender ? Pourquoi la consommation de ma voiture est-elle plus élevée que celle indiquée dans le prospectus ? A quoi sert l'étiquette-énergie ?

Nul besoin d'être ingénieur pour répondre à ces questions, il vous suffit de lire les pages suivantes. Vous en saurez aussi plus sur les derniers chiffres et faits de la politique climatique, sans oublier de précieux conseils pour économiser non seulement du carburant mais aussi de l'argent.

Consommation en Suisse

La quantité d’essence et de diesel vendue par les stations-service suisses fait référence pour atteindre les objectifs du Protocole de Kyoto. Les écarts entre ces ventes et la consommation s’expliquent par le « tourisme à la pompe » qui est à attribuer aux différences de prix avec l’étranger.

Grâce au progrès technique, les voitures neuves ont des rendements énergétiques toujours meilleurs. Depuis 2008, la consommation moyenne de carburant pour les véhicules à essence a baissé de 1,2 l/100 km (moins 16 %), pour les véhicules diesel de 1,2 l/100 km (moins 18.3 %). Les émissions de CO2 des véhicules neufs ont diminué de 37.2 g/km, soit 1.9 % par an depuis 2008. En 2018, la consommation moyenne de carburant a augmenté pour les véhicules à essence à 6.2 l/100 km et pour les véhicules diesel à 5,43 l/100 km.

Consommation spécifique des voitures de tourisme neuves

 

 

Etant donné que le nombre de voitures est toujours en augmentation et que la consommation effective souvent nettement plus élevée que les données d'usine (climatisation, agrégats supplémentaires, etc.), les ventes totales de carburant n’ont pas baissé jusqu’en 2008. Néanmoins, depuis 2009, on constate un léger recul. Pour atteindre l’objectif de l’accord de Kyoto, un renversement de cette tendance s’impose.

Vente de carburant en Suisse
Etat 1990 : essence 3’702’000 tonnes / diesel 1’117’000 tonnes
Etat 2018 : essence 2'342'285 tonnes / diesel 2'856'450 tonnes

Evolution des ventes de carburant en Suisse (index 1990 = 100 %)

 

Worldwide Harmonized Light-Duty Vehicles Test Procedure (WLTP)

Le WLTP est une procédure d’essai permettant de mesurer la consommation ainsi que les émissions des véhicules à moteur léger. Ce dernier remplace le NEDC (New European Driving Cycle), introduit en 1970. En effet, le cycle NEDC n’a jamais reflété les réelles conditions de conduite, en particulier dans le trafic urbain, aux démarrages répétées et à vitesse réduite. Les valeurs de consommation effectives étaient bien supérieures à celles obtenues lors du cycle NEDC. La procédure de mesure WLTP vise donc, d’une part, à diminuer l’écart entre les valeurs réelles et les valeurs mesurées et, d’autre part, à permettre une uniformisation mondiale de la méthode d’analyse utilisée. Depuis septembre 2018, tous les véhicules neufs immatriculés disposent de valeurs de mesure WLTP. Ces données seront obligatoires sur les étiquettes-énergie, ainsi que dans les informations publicitaires, dès le 1er janvier 2020. Jusqu’à cette date, les constructeurs continueront d’afficher des valeurs NEDC, converties à l'aide d'un outil européen, à partir des valeurs WLTP mesurées.

 

La mesure selon WLTP est réalisée en laboratoire sur un banc d’essai à rouleaux, elle se différencie principalement du NEDC par une distance de mesure environ deux fois plus longue, une conduite nettement plus dynamique, une température de démarrage plus basse, une durée de mesure plus longue, une vitesse moyenne et maximale plus élevée, jusqu’à quatre phases de conduite et une plus grande demande en puissance pour le moteur. En outre, celle-ci tient davantage compte de l’influence de l’aérodynamique et des équipements optionnels qui peuvent directement agir sur la consommation. Le véhicule ne peut désormais plus être optimisé comme cela était le cas pour le cycle NEDC (pneus étroits, aucun accessoire, modèle le plus léger).



   NEDC  WLTP
Durée [min] 20 30
Distance [km] 11 23.25
Phases de conduite urbain et non urbain (2 phases) urbain et non urbain (4 phases, vitesse base, moyenne, haute, très haute)
Vitesse moyenne [km/h] 34 46.5
Vitesse maximum [km/h] 120 131
Influence des équipements optionnels pas pris en considération pris en considération
Passage des rapports fixe pour chaque véhicule différent pour chaque véhicule

Normes Euro 6 et Real Driving Emissions (RDE)

Les normes européennes d’émissions dites normes Euro sont des règlements propres à l’UE, qui ont pour objectif de définir les limites maximales de rejets polluants pour les véhicules. Ces réglementations sont de plus en plus strictes, afin de protéger au mieux les êtres humains, mais également les animaux et les plantes, des rejets toxiques. La procédure WLTP fait partie intégrante de ces mesures de durcissement adoptées. Toutefois, elle n’est pas la seule. Avec l’introduction de la nouvelle norme Euro 6d, en plus de la procédure WLTP, une mesure des émissions polluantes sur route (RDE) est également exigée. Durant ce test, un appareil d’analyse portatif, nommé Portable Emissions Measurement System (PEMS), est installé sur le véhicule et contrôle la concentration de substances nocives émises lors d’un trajet défini sur route. Ces différentes mesures et législations obligent les constructeurs à optimiser leur système d’épuration des gaz d’échappement et, de ce fait, elles contribuent à une bonne qualité de l’air.

TCS instance de contrôle officielle

Depuis 1999, le TCS à Emmen est accrédité par l’Office fédéral de métrologie et d’accréditation en tant qu’instance de contrôle pour les mesures de consommation sur des véhicules à moteur. Cette accréditation reflète l’esprit de qualité du TCS et institue que le TCS est qualifié pour mesurer la consommation selon les normes internationales EN et ISO. Ainsi, le TCS, en tant qu’expert neutre, est habilité à mesurer la consommation effective de carburant d’une voiture de tourisme.

Contrôle de la consommation

Les données ont force de loi
Si, dans la pratique, la consommation moyenne dans des conditions normales est nettement plus élevée que la consommation « mixte » et par conséquent la « faible consommation » garantie dans les listes de prix et prospectus ne peut pas être atteinte, le véhicule présente un vice. L’acheteur a la possibilité de se départir du contrat ou de demander une réduction sur le prix de vente. Les données sur la consommation de carburant dans les listes de prix et prospectus ont force de loi et suffisent comme preuve. Des valeurs de consommation qui ne peuvent être atteintes en pratique sont une tricherie et peuvent tomber sous le coup de la Loi sur la concurrence dé­ loyale (LCD). Des dommages et intérêts peuvent être exigés et, en cas d'intention délibérée, conduire à une procédure pénale.

Contrôler la consommation
En cas de contestation, la consommation devra être contrôlée et notée durant 3’000 km au min. Des passagers (les don­nées de consommation des tarifs et prospectus s’entendent pour la voiture non chargée, avec 75 kg pour le conducteur), la climatisation et des agrégats enclenchés, mais aussi la pression des pneus, le chargement et la structure de la carrosserie ont une incidence sur la consommation. Le style de conduite (économique ou agressif) et les conditions d’utilisation (trajets urbains ou longues distances) peuvent égale­ ment agir sur la consommation.

Questions sur la consommation de carburant
Si, durant la garantie et en tenant compte des circonstances susmentionnées, la consommation effective est plus élevée que la consommation « mixte » indiquée par l’importateur, on peut écrire au garage, avec copies à l’importateur et au TCS. Une mesure subséquente de la consommation sur banc d’essai apportera toute clarté.

Cette mesure peut être effectuée par :

TCS Conseils en mobilité, Emmen (058 827 35 35)
EMPA Dübendorf (058 765 11 11)
HTI Bienne (032 321 61 11)


0